Ministère de l'Environnement de l'Assainissement et du Développement Durable
 

Troisième édition du Forum Politique de Haut Niveau (FPHN) pour le développement durable (ECOSOC).

Troisième édition du Forum Politique de Haut Niveau (FPHN) pour le développement durable (ECOSOC).

Du 09 au 19 Juillet 2018 à New York  aux Etats Unis d’Amérique, s’est tenue  la troisième édition du Forum Politique de Haut Niveau (FPHN) pour le développement durable sous les auspices du Conseil économique et social, ( ECOSOC).

Le Mali était représenté à ce forum par une forte délégation comprenant entre autre le Directeur Général de l’AEDD et le chef du Département Développement Durable de l’AEDD (voir liste en annexe).

Il faut rappeler que, Le FPHN est une plate-forme centrale des Nations unies pour le suivi et l’examen de l’Agenda 2030 pour le développement durable et les Objectifs de développement durable (ODD), adoptés par l’Assemblée générale de l’ONU le 25 septembre 2015. Il se réunit chaque année en juillet  pendant huit (huit) jours à New York. Il comprend des revues nationales volontaires de différents pays et des sessions revues thématiques sur les des ‘ECOSOC et d’autres organes et forums intergouvernementaux.

Les examens nationaux volontaires (VNR) visent à faciliter le partage d’expériences, y compris les réussites, les défis et les enseignements tirés, en vue d’accélérer la mise en œuvre du Programme 2030. Les VNR cherchent également à renforcer les politiques et les institutions des gouvernements et à mobiliser un soutien multipartite et des partenariats pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable.

 

Ainsi, l’édition  de cette année  dont le thème était “la transformation vers des sociétés durables et résilientes” s’inscrivait dans une logique de vitalité pour la construction des règles qui permettront aux ODD de fonctionner et relancer les actions de l’atteinte des ODD  avec toutes les Parties. Pour mieux comprendre ce thème, Six  (06) ODD étaient retenus cette année, pour être examiné en profondeur :

 

Objectif 6. Assurer la disponibilité et la gestion durable de l’eau et de l’assainissement pour tous ;

Objectif 7. Assurer l’accès à une énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous ;

Objectif 11. Rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables ;

Objectif 12. Assurer des modes de consommation et de production durables ;

Objectif 15. Protéger, restaurer et promouvoir l’utilisation durable des écosystèmes terrestres, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser la dégradation des terres et enrayer la perte de biodiversité ; et

Objectif 17 : Renforcer les moyens de mise en œuvre et revitaliser le Partenariat mondial pour le développement durable, qui est examiné chaque année.

 

Le forum a enregistré un segment ministériel de haut niveau auquel ont participé une cinquantaine de ministres et chefs de délégation pour accroitre la volonté politique en matière de l’atteinte des ODD. Les délégués venaient des organisations et Agences des Nations Unies, des organisations intergouvernementales et des organisations de la société civile, médias, des activistes, des scientifiques, des chefs d’entreprises et des syndicalistes.

 

La délégation du Mali (voir liste en annexe 1) en plus de MEADD était forte d’une quinzaine de membres, conduite par le Secrétaire général du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale M. Mamhamane. MAIGA.

Elle comprenait en outre, des cadres et experts des départements ministériels qui ont élaboré le rapport, chef de file des groupes thématiques, de la mission diplomatique du Mali, de la société civile et du secteur privé.

 

II  ENJEUX DU FORUM 2018:

Après le lancement officiel de la mise en œuvre des ODD le 05 février 2016,  les principaux enjeux de  ce forum pour le Mali étaient entre autres:

  • Présenter pour la 1ère fois un rapport sur les progrès dans la mise en œuvre réalisés depuis l’adoption des ODD à nos jours au Mali ;
  • Apprendre des expériences des autres pays pour améliorer nos futurs rapports;
  • Nouer des partenariats possibles ;
  • Saisir des opportunités de financement et ou d’appui technique au processus de mise en eouvre des ODD au Mali.

 

En plus le Mali entendait, lors de ce forum 2018, de donner plus de visibilité à ses actions et efforts de l’ensemble des parties prenantes par l’éventail de son rapport, des rencontres bilatérales et avec la participation à dizaine de side events mais surtout en co-organisant un side event le dernier jour en collaboration avec la GIZ et le WRI sur le thème : Développer une approche intégrée de la mise en œuvre des ODD et des CDN: expériences pratiques et enseignements tirés.

 

  • DEROULEMENT DES TRAVAUX DU FORUM

 

  • Session d’ouverture

 

La session d’ouverture était sous la présidence de Mme Marie Chatardová, Représentante Permanente de la République du tchèque, Présidente du Conseil économique et social.

 

Dans son allocution d’ouverture, elle a rappelé  la participation de plus de 80 ministres et vice-ministres et 2500 acteurs non étatiques au FPHN de cette année, ce qui illustre le pouvoir de ralliement des ODD. Et aussi combien, elle heureuse de commencer les travaux du forum 2018 par  l’introduction du Rapport intérimaire du Secrétaire général sur les objectifs de développement durable, qui fournit  un aperçu de la position du monde à l’égard de la mise en œuvre des ODD.  Elle a rappelé que cela fait trois ans que les dirigeants du monde se sont engagés à mettre fin à la pauvreté et à protéger notre planète, à favoriser des sociétés pacifiques et à libérer les ressources économiques, sociales et technologiques. Des  progrès  ont été accomplis et dans la mise en œuvre de cette vision, ils se sont engagés à atteindre ceux qui sont le plus en retard. Les pays sont en train de travailler dur pour traduire cette vision transformatrice en résultats concrets et beaucoup rendront compte de leurs progrès tout au long de la semaine. Ce rapport est un important outil pour mesurer le progrès. Il est basé sur les données des systèmes statistiques nationaux signalés au système mondial d’examen des progrès dans les nombreux domaines du Programme 2030.

3.2. Conduite des Sessions de la 1ère semaine

Après la cérémonie d’ouverture les travaux proprement dits du forum se sont déroulés du 09 au 19 Juillet 2018 sous forme  de plénière pendant les  matinées de 09 -13h et les après-midi de15h – 18h. Les sessions étaient  organisées sous forme de plénière avec un panel composé d’experts qui discutait  de la thématique (ODD) du jour suivit  des interventions des états membres. C’est ainsi que,  les six ODD sur lesquels le thème se rapportait, ont tous fait l’objet de revue, d’analyse et de discussions entre délégués.

C’est ainsi que, au cours de la première semaine, le Forum a examiné les progrès réalisés dans la mise en œuvre de tous les six ODD, en mettant l’accent sur les sociétés résilientes.

Des revues thématiques ont eu lieu sur:

  • Transformation vers des sociétés durables et résilientes – Renforcer la résilience;
  • Faire progresser la science, la technologie et l’innovation (STI) pour les objectifs de développement durable (ODD);
  • Perspective des petits États insulaires en développement (PEID);
  • Perspectives des Pays les Moins Avancés (PMA), des Pays en Développement sans Littoral (PDSL) et des Pays à Revenu Intermédiaire (PRI);
  • Mise en œuvre des ODD: leçons des régions; et
  • Perspectives de la société.

La première semaine s’est terminée par une session sur «Ne laisser personne derrière: réussissons-nous?»

 

Le segment ministériel s’est réuni du 16 au 18 juillet, où 46 pays ont présenté leurs examens nationaux volontaires (VNR). Le segment ministériel comprenait également:

  • le rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur le thème et les discussions thématiques de la session de l’ECOSOC de 2018;
  • une allocution du Président de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement;
  • rapports de forums régionaux;
  • le rapport du Comité des politiques de développement; et.
  • déclarations des ministres et d’autres représentants de haut niveau des États membres.
  1. EXAMENS NATIONAUX VOLONTAIRES DES RAPPORTS, 2ème Semaine

 

Les travaux de la deuxième semaine ont commencés par le haut segment ministériel suivi de l’examen volontaire des rapports de mise en œuvre des ODD de 46 pays dont le Mali.

Le segment ministériel comprenait également:

  • le rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur le thème et les discussions thématiques de la session de l’ECOSOC de 2018;
  • une allocution du Président de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement;
  • rapports de forums régionaux;
  • le rapport du Comité des politiques de développement; et.
  • déclarations des ministres et d’autres représentants de haut niveau des États membres.

 

Le haut segment ministériel à travers à la déclaration réaffirme la volonté de  l’ensemble des pays à mettre effectivement en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030  dans le monde entier sans faire de laissés-pour-compte à travers les éléments qui  suivent entre autres (voir déclaration en annexe2).

Ces travaux étaient dirigés par H.E. Ms. Marie Chatardová, Présidente d’ECOSOC.

 

4.1. Présentation du Rapport du Mali

 

Le rapport du Mali a été présenté à travers trois communications. Un discours d’introduction prononcé par le chef de la délégation M. Mahamane MAIGA, les progrès réalisés sur les ODD 6, 7, 11 , 12 et 15 par M. Drissa DOUMBIA et les progrès réalisés sur l’ODD 17 et les conclusions par Dr. Modibo TRAORE. Les présentateurs ont mis l’accent sur la transformation sociétale et de la résilience à la suite du Processus d’Alger sur la paix et la réconciliation à la suite à la  crise multidimensionnelle que le pays a connue, les préoccupations concernant l’accès à l’eau, l’assainissement et l à l’hygiène, à l’énergie, à la construction des villes durables, des questions de dégradation des écosystèmes  et la question de dépendance accrue vis-à-vis de l’Aide Publique au Développement et aux questions de mobilisation de ressources pour la mise en œuvre des ODD.

 

  • Discours d’introduction

 

Dans son allocution d’introduction, M. MAIGA a rappelé, qu’en 2017, le Mali s’était engagé à présenter son rapport sur les ODD, lors du Forum de 2018. Depuis, nous avons travaillé dans le cadre d’un processus participatif et inclusif pour l’élaboration de ce rapport que nous avons l’honneur de vous présenter ce matin. Il dira que la composition de la délégation du Mali est le juste reflet du caractère inclusif et participatif du processus d’élaboration du rapport du pays, ce qui justifie le caractère multi acteur de la délégation nationale composée de représentants des départements ministériels, de l’Assemblée nationale, de la société civile et du secteur privé

  1. MAIGA a aussi rappelé le contexte du pays, pour dire que, sous l’autorité et le leadership de Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef de l’Etat, le Mali s’est résolument engagé dans un processus de sortie de crise, matérialisé depuis juin 2015, par la signature et la mise en œuvre en cours de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger. Cette crise multiforme est certes la plus grave jamais connue par notre peuple. Mais cette épreuve difficile a également permis aux autorités et au peuple malien dans son ensemble, de faire montre de courage, d’ingéniosité, d’innovation, de créativité et de résilience face aux affres de la guerre, du terrorisme et du trafic en tout genre. De là, tout le sens de l’intérêt que le Mali porte pour le thème choisi pour la 3ème session du Forum politique de haut niveau, à savoir « Transformation vers des sociétés durables et résilientes ».

 

Parlant du premier rapport du Mali, sur la mise en œuvre des ODD, il dira que ce rapport est le fruit d’un travail participatif et inclusif, débuté depuis le mois de février 2016 par des concertations nationales et régionales qui ont servi de base pour l’élaboration du rapport. IL a ensuite présenté l’arrangement institutionnel que l’atelier national a adopté pour la mise en œuvre des ODD au Mali.

 

4.1.2. Progrès sur objectifs

Cette présentation a été faite en deux phase, une première par M. DOUMBIA sur les ODD 6,7,11, 12, et 15 et la deuxième partie portant l’ODD17 et les conclusions faite par Dr. Modibo TRAORE.

 

Ce qu’il faut retenir, Le Mali n’a pas encore intégré les ODD dans ses documents de planification du développement. Néanmoins des actions et initiatives sont en cours pour adopter ou réviser les différents documents de planification comme la vision ENP 2025, le CREDD (2016-2018), le DCPND et les autres documents afin d’y intégrer les ODD. En ce qui concerne l’atteinte des objectifs de l’Agenda 2030, le Mali est résolument engagé  dans un processus d’élaboration de politiques et stratégies qui sont mise en œuvre à travers, des programmes, projets et ou plan qui ont permis au pays d’atteindre un niveau d’accès à l’eau, l’assainissement, l’énergie, logements et à mieux protéger l’environnement et conserver la biodiversité. Au final, le Pays a entrepris beaucoup de reformes pour améliorer le partenariat et renforcer d’avantage la coopération et la mobilisation des ressources financière.

EVENEMENTS PARALLELES AU FORUM

 

5.1. Side event Mali- GIZ- WRI, thème : Développer une approche intégrée de la mise en œuvre des ODD et des CDN: expériences pratiques et enseignements tirés

 

En marge des travaux, le Mali en collaboration avec la coopération Allemande a organisé un side event sur le thème ci-dessus.

 

Ce side event avait pour objectif de créer un cadre de  discussion interactive entre les décideurs nationaux sur les défis et les premières leçons apprises dans la promotion conjointe des ODD et des actions climatiques. La cérémonie d’ouverture était sous la haute présidence du Ministre Allemand de l’Environnement et la ministre marocaine de l’Environnement et du Développement Durable. Le dialogue a été introduit par un résumé des principales conclusions d’un nouveau document de recherche WRI-GIZ qui s’appuie sur les expériences d’un certain nombre de pays pour identifier les options politiques et institutionnelles pour une mise en œuvre conjointe, notamment par la planification, la budgétisation et le suivi. Cette introduction a été suivie d’un panel de haut niveau composé du Directeur général de l’AEDD (Mali) du Ministre du Plan et du Développement du kenya, du Directeur général de l’Agenda 2030 du Mexique et du ministre du Plan de la Colombie et le Mexique ont présenté des initiatives nationales visant à relier la mise en œuvre des ODD et des CDN.

 

Ce qu’il faut retenir, malgré la reconnaissance croissante des liens étroits entre le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et l’Accord de Paris sur le changement climatique, la mise en œuvre au niveau national des objectifs de développement durable et des contributions déterminées au niveau national près de trois ans après leur adoption, quelques avancés sont à noter dans les différents pays. La question de savoir comment les pays peuvent faire avancer ces deux programmes de manière conjointe et efficace demeure. Compte tenu de la nécessité d’accélérer les progrès et d’accroître l’ambition nationale, une approche plus intégrée est nécessaire pour améliorer la cohérence et l’efficacité des politiques. La promotion de cette approche commune est un objectif central du partenariat NDC.

En ce qui concerne le Mali, les progrès réalisés dans la mise en œuvre conjointe ODD-CDN ont été rappelé par le Directeur de l’AEDD qui sont entre autres :

  • Avec l’appui de la Coopération allemande et du Budget national, dans le cadre du NDC-Partenership, le Mali a vite lancer le processus de mise en œuvre de la CDN (en atelier national), après la désignation de deux points focaux au MEF et au MEADD (souci de traitement conjoint et efficient des aspects techniques et financiers de la mise en œuvre) ;
  • Aussitôt, les premiers exercices ont consisté à élaborer une feuille de route et un plan d’investissement de la CDN soumis à la validation du Comité national Changement Climatique et adoption du Conseil National de l’Environnement ;
  • Le Plan d’investissement élaboré en concertation avec l’ensemble des structures sectorielles (dont certains avaient déjà leur Plan d’Investissement sectoriel : agriculture, énergie) avait aussi pour enjeu majeur de tenir compte des ODD (notamment les cibles de l’ODD13 et autres ODD connexes).

 

  • Après le lancement des ODD, des ateliers régionaux et national de priorisation des cibles des ODD ont été réalisés sur l’ensemble du Pays. Les cibles 13.3  (Améliorer l’éducation, la sensibilisation et les capacités individuelles et institutionnelles en ce qui concerne l’adaptation aux changements climatiques, l’atténuation de leurs effets et la réduction de leur impact et les systèmes d’alerte rapide) et 13b (Promouvoir des mécanismes de renforcement des capacités afin que les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement se dotent de moyens efficaces de planification et de gestion pour faire face aux changements climatiques, l’accent étant mis notamment sur les femmes, les jeunes, la population locale et les groupes marginalisés) ont été retenues comme urgentes à traiter ;

 

  • Compte tenu de l’évidence que la mise en œuvre du PI la CDN est effectivement la mise en œuvre des cibles relatives à la réduction des changements climatiques de l’Agenda 2030 (ODD13 et autres), le MEADD à travers l’AEDD a démarré une campagne d’information, de sensibilisation et d’appropriation des cibles des ODD et du PI de la CDN avec l’appui de ces partenaires auprès des structures techniques, des institution, de la société civile, du secteur privé et dans les régions et cercle en cours ;

 

  • Pour la contribution financière du Budget national, un Contrat annuel de Performance est signé avec la Direction Générale du Budget et l’AEDD.

 

Du lancement officiel à nos jours quelques enseignements qu’on peut noter sont entre autres :

 

  • la démarche participative et inclusive de mise en œuvre des processus ODD-CDN ;

 

  • une meilleure compréhension des acteurs au développement/OMD ;

 

  • une appropriation significative des autorités administratives, politiques et techniques ;

 

  • une meilleure adhésion des services du MEF (DGB et DNPD) ;

 

  • des sollicitations courantes de l’AEDD pour animation, documentation, renforcement de capacités.

 

Les Perspectives sont :

 

  • la poursuite des activités d’information, sensibilisation pour mieux cerner la corrélation et accroitre l’appropriation de la CDN et des ODD;

 

  • l’appui à une mise en œuvre efficace des cibles prioritaires nationales des ODD incluant la mise en œuvre du PI de la CDN, en termes de formation et de suivi-évaluation ;

 

  • l’intégration des cibles/indicateurs dans les PDESC des collectivités territoriales, en termes d’animation des sessions de planification) ;

 

  • le développement du système de renseignement des Indicateurs dans le SNGIE ;

 

  • le développement d’un mécanisme fonctionnel d’analyse de la durabilité des politiques, stratégies et plans.

 

5.2. Autres side events 

 

En plus, des sessions plénières, la mission a pu assister à d’autres side events entre autres :

 

  • Travail décent pour le développement durable : les outils de renforcement des capacités

Organisateurs : Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR) et le Bureau international du Travail (BIT ;

  • Réduire les inégalités en entreprenant une action urgente sur Wash : l’ODD 6 en tant que catalyseur pour la réalisation du programme 2030 pour tous.
  • Organisateurs : Mission permanente de la Bolivie, du Canada, du Mozambique et du Népal et WaterAid, Water supply and Sanitation Collaborative Council
  • Accélérer la transition énergétique dans les pays en développement sans littoral (PDSL)
  • Organisateurs : Groupe des PDSL, Australie, ONU-OHRLLS, ONUDI, Energie durable pour tous

VI CONCLUSION :

Le Forum politique de haut niveau pour le développement durable, organisé sous les auspices de l’Assemblée générale et du Conseil économique et social, constitue un cadre approprié pour les pays  pour suivre les progrès réalisés dans la mise en œuvre du Programme 2030 au niveau mondial. Le rapport du Mali dont l’approche participative  et inclusive qui ont prévalu son élaboration et  de son adoption a été unanimement salué par le forum et surtout le rôle déterminant que le parlement malien a joué et continue à jouer dans le processus de mise en œuvre des ODD. Il faut noter également la réussite de l’organisation de l’événement parallèle conjoint Mali-GIZ-WRI-NDCP.

 

En sommes, la participation du Mali au FPHN avec la quinzaine de participants a été une réussite et les efforts doivent continuer au niveau national pour d’avantage appropriation par l’ensemble des parties prenantes pour une mise en œuvre réussie.

 

Annexe1 : Liste des participants du Mali

 

  1. Mahamane MAIGA, Secrétaire du Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération Multilatérale ;
  2. Ambassadeur Modibo TRAORE, Directeur de la Coopération Multilatérale ;
  3. Monsieur Seydou COULIBALY, Directeur Adjoint de la Coopération Multilatérale ;
  4. Monsieur Hamadou KONDA, de la Direction de la Coopération Multilatérale ;
  5. Monsieur Habib TRAORE, de la Direction de la Coopération Multilatérale ;
  6. Madame Aminata Ali TRAORE, représentant du Ministère de la Solidarité et de l’action humanitaire, membre du comité de rédaction du rapport national volontaire ;
  7. Monsieur CAMARA, Directeur général de l’Agence de l’Environnement et de Développement Durable, Ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du développement durable ;
  8. Monsieur Drissa DOUMBIA, Chef de Département Développement Durable, AEDD, membre du comité de rédaction du rapport national volontaire ;
  9. Monsieur Sékou Arouna SANGARE, représentant du Ministère du Plan, membre du comité de rédaction du rapport national volontaire ;
  10. Monsieur Bourama DIARRA, représentant du Ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation, membre du comité de rédaction du rapport national volontaire ;
  11. Monsieur Houna SIDIBE, représentant du Ministère de l’Economie et des finances ;
  12. Madame BARRY Aminata TOURE, représentant de la Société civile, membre du comité de rédaction du rapport national volontaire ;
  13. Monsieur Agalyou Alkassoum MAIGA, Personne ressource, membre du comité de rédaction du rapport national volontaire ;
  14. Honorable THERA, représentant de l’Assemblée Nationale ;
  15. Honorable Issa TOGO, représentant de l’Assemblée Nationale