Programme Régional d’Aménagement Intégré du Massif du Fouta Djallon ( PRAI-MDF )

I. Situation Géographique :

Le Massif du FoutaDjallon (MFD) haut de 500 –1500 m située dans la partie centrale de la République de Guinée s’étend sur les territoires de Guinée Bissau, Mali, Sénégal et de Sierra Leone. Il constitue le départ de plusieurs fleuves notamment les fleuves Gambie, Niger et Sénégal, ainsi que des cours d’eau plus ou moins permanents. Il est caractérisé par un climat de type guinéen à Soudano-sahelienne avec un ensemble d’écosystème  comportant une grande diversité géo-morpho-pédalogique et biologique.

II. Historique :

L’idée de son aménagement intégré dans un contexte régional remonte à la conférence internationale des sols tenue à Dalaba (Guinée) en 1959. Mais il a fallu attendre le début des années 1970, à la suite de la sécheresse, pour une véritable action concertée soit mise en exergue sous l’égide de l’Organisation de l’unité Africaine (OUA) lors de sa 33e session du Conseil des Ministres tenue à Monrovia (Liberia).

A cet effet, l’ O.U.A. avec le concours du PNUD de la FAO, de l’UNESCO et de l’UNSO pour initier le Programme d’Aménagement Intégré du Massif  du FoutaDjallon (PRAI-MFD), impliquant les huit pays (Gambie- Guinée- Guinée Bissau, Mali – Mauritanie – Niger –Sénégal – Sierra Leone) tributaires des eaux du massif.

III.  Contexte justification objectif résultats activités :Durant ces quatre dernières décennies, de nombreuses menaces pèsent sur la gestion durable des ressources naturelles du massif y compris les têtes de sources, ainsi que sur la Biodiversité et le potentiel bio-production du milieu. Le présent projet régional vise à garantir, à moyen et à long terme, l’utilisation durable des ressources naturelles  du massif à travers un programme d’actions stratégiques impliquant les huit Etats d’Afrique de l’Ouest partageant en commun les ressources naturelles du massif ( eaux, sylvopastorales , etc…).

Les axes principaux d’intervention ( composantes) sont :

– Mise en œuvre du cadre juridique et institutionnel de coopération régionale et d’organisation à la basse et la création d’un observatoire régional du massif de FoutaDjallon ;

– Evaluation des Ressources et développement de modèles participatifs de gestion intégré et d’utilisation durable des ressources naturelles et de conservation de la Biodiversité ;

-Renforcement des capacités institutionnelles et techniques des acteurs en matière d’organisation et d’exécution des activités d’utilisation des ressources partagées du massif, notamment les eaux du fleuve Sénégal et Niger, les aires protégées (site Ramsar – Biosphères etc.…).

L’objectif à long terme du programme régional est « d’assurer l’utilisation rationnelle et la protection des ressources naturelles disponibles dans le massif du FoutaDjallon et de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations dans cette région ainsi que dans les régions arrosées par des eaux originaires du massif ».

IV.  Les Acquis du programme :

Lors de sa troisième session tenue à Bamako en 1999, la Conférence Ministérielle des Etats Membres du PRAI/MFD (Gambie, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Sierra Léone) a recommandé :

La définition d’un cadre juridique affirmant l’intérêt international du Massif du FoutaDjallon ;

La formulation d’un Accord-cadre de Coopération entre les Etats membres du Programme ; et

L’élaboration et la mise en œuvre d’un Plan d’Action Stratégique fondé sur une vision globale des problèmes d’aménagement intégré des ressources naturelles du Massif.

La 4ème conférence Ministérielle, tenue à Conakry en octobre 2004 a  aussi enregistré un certain nombre d’acquis :

  • La déclaration de principe sur l’intérêt international du MFD signée par les Ministres de tutelle du programme. Dans cette déclaration, les Etats conviennent d’assurer conjointement et solidairement la protection et la conservation durable de la diversité biologique du MFD, ainsi que la surveillance des écosystèmes partagés (fleuves, forêts, sols faunes etc…).
  • Le document du projet FEM portant sur les actions stratégiques de gestion intégrée des ressources naturelles dont la formulation a connu la participation de tous les Etats membre. Le document a été soumis aux instances du FEM pour approbation lors de son prochain conseil d’administration prévu en juillet 2005 en vue de son financement.
  • L’adoption d’une résolution pour l’élaboration et l’adoption d’une convention cadre de coopération (CCD) entre les Etats membres. Un projet de convention a été établi pour sa ratification d’ici 2006.

La présente convention comporte :

  • Les buts et les objectifs :
  • le cadre institutionnel :
  • Le cadre administratif et de financement
  • les dispositions générales :

Ces dispositions parlent du patrimoine, de la ratification de la convention, de sa révision ou amendement et de son enregistrement.

Les Recommandations en cours:

  • La Mise en place des organes des Mécanismes Nationaux de Coordination et de Suivi (MNCS) notamment le Comité National de Coordination Technique (CNCT)  et les Comités locaux par tous les Etats membres.
  • La prise en charge par le BCI des charges Financières liée au fonctionnement des organes notamment le PFN (équipement en ordinateur et frais de connexion).

L’implication des populations, des autorités locales, des services techniques déconcentrés, des ONG et des opérateurs privés dans la mise en œuvre de programme ;

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.